• Français
Retrouvez nous sur facebook
diapo

GERARD SCHLOSSER

Dès ses premières toiles, Gérard Schlosser fait le choix de la figuration : fragments de corps peints en aplats et cernés de noir.

Né en 1931, élève de l'École des arts appliqués de Paris où il étudie l'orfèvrerie, Gérard Schlosser fait un court passage à l'École des Beaux-Arts puis décide de se consacrer à la peinture. Dès ses premières toiles, Gérard Schlosser fait le choix de la figuration : fragments de corps peints en aplats et cernés de noir. Ces travaux ne sont pas sans rappeler les recherches des artistes du Pop Art. C’est en 1970 qu’il a recours à la photographie. Il systématise par la suite ce procédé comme d’autres artistes français associés à la Figuration narrative : Jacques Monory, Bernard Rancillac, Gilles Aillaud, Gérard Fromanger. L’usage de l’épiscope qui permet de projeter une image sur la surface de la toile se généralise dans l'hyperréalisme.

« Schlosser est une caméra-œil, la caméra-œil d’un peintre-cinéaste, et pas seulement un œil. Mais cette caméra-œil – et cet œil – sont, comme ceux d’un cinéaste, indissolublement liés aux emplois du temps, aux emplois d’espaces d’une société »

Alain Jouffroy (« Gérard Schlosser » par Alain Jouffroy, Édition Frédéric Loeb, 1993).

œuvres disponibles

  • Mais C
fermer
fermer
fermer

Envoie des données au serveur...